مذكرة حول اعمال الاعتقال التعسفي والقتل الفردي والجماعي والاغتيالات والملاحقات البوليسية التي قامت وتقوم بها السلطات السورية

بمناسبة الذكرى الرابعة لاعتقال عبد العزيز الخير واياس عياش وماهر طحان ننشر المذكرة الحقوقية التي وجهها الأخ الدكتور منذر اسبر،رئيس لجنة الرقابة في هيئة التنسيق الوطنية، الى الامين العام للامم المتحدة في 19 آذار 2016. تتعلق المذكرة بجملة الانتهاكات التي قام بها نظام الاسد، الاب والابن مع نوابه ووزرائه، للمواثيق الدولية التي كانت قد صادقت عليها سورية . كما وتتعرض لاعمال الاعتقال التعسفي والقتل الفردي والجماعي والاغتيالات والملاحقات البوليسية في الداخل والخارج . وهي تطالب بتشكليل لجنة دولية لزيارة جميع المعتقلين ووضع قائمة باسمائهم مع جميع المخطوفين لدى النظام وسواه واطلاق سراح الخير والناصر وعياش والطحان وكافة المساجين السياسيين الى جانب مطاليب اخرى انسانية في الوضع القائم في سورية.

Dr. Mounzer ISBER.
Docteur en sciences de l’information
ex-président de l’association de défense des
droits de l’homme dans le monde arabe
3, allée de Cocagne
94700 – MAISONS-ALFORT
FRANCE
tél : 06 32 47 75 98

MONSIEUR BAN KI-MOON, SECRETAIRE GENERAL DES NATIONS UNIES

MONSIEUR STAFFAN DE MISTURA, ENVOYE SPECIAL DES NATIONS UNIES

L’une des caractéristiques constante du régime syrien est la violation des libertés démocratiques, individuelles et collectives.

En effet, ce régime installé depuis 1970 n’a fait que museler ces libertés en multipliant les effectifs des services secrets et les centres de détention en Syrie.

Le plus flagrant est que ces violations se matérialisaient en opposition totale avec le chapitre 4
de la constitution syrienne (les libertés des citoyens), décrétée par le président Assad – le père – en 1973. Ainsi des milliers de membres des forces d’opposition démocratique des intellectuels et de simples citoyens se sont trouvés incarcérés d’une façon extra judiciaire. Plusieurs d’entre eux ont subi la torture et les mauvais traitements contrairement à la déclaration universelle des droits de l’homme (1948) à laquelle a souscrit la Syrie.

Par ailleurs, ces prisonniers n’ont bénéficié d’aucun droit de recours judiciaire et certains d’entre eux ont trouvé la mort alors que d’autres ont été déclarés disparus.

Il est à signaler que plusieurs personnalités ont été assassinées ou ont fait l’objet de tentatives d’assassinat tels que Mohammad Omran, Salahel-din Albitar, Salah Djdid, Issam Alattar…

Des massacres collectifs ont été perpétrés par le régime causant la mort de plusieurs milliers de personnes tel que le massacre de Hama, de Jisalchgour, la prison de Palmyre… dans les années 1980.

Tout cela s’est pratiqué à l’encontre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966 auquel a souscrit la République arabe syrienne. Il suffit de mentionner ici l’article 6 de ce pacte (le droit à la vie), l’article 9 (le droit à la liberté et à la sécurité), l’article 14 (le droit d’être entendu équitablement et publiquement par un tribunal compétent, indépendant et impartial), l’article 18 (la liberté de penser, de conscience et de religion)…

Nous n’avons cessé d’alerter l’opinion publique, les chancelleries occidentales et les grandes associations des droits de l’homme sur les infractions inouïes à l’encontre des articles susmentionnés surtout dans le cadre de l’association de défense ces droits de l’homme dans le monde arabe fondée en 1982 par plusieurs intellectuels syriens, arabes et français .

Ces infractions durant la période pré- révolutionnaire sont restées monnaie courante à la suite du mouvement populaire pacifique et révolutionnaire déclenché en 2011 .

Le changement de la constitution sous la pression des forces démocratiques des intellectuels et des forces populaires par le président Assad – fils- n’a été suivi d’aucun effet positif à l’égard des droits de l’homme et des libertés démocratiques. Pire, le régime, réfractaire à tout appel à la liberté et à la démocratie en Syrie, a conduit le pays dans une guerre civile afin d’étouffer le mouvement pacifique révolutionnaire qui s’est doublée d’une guerre terroriste, rétrograde et obscurantiste, menant la Syrie à une catastrophe sans précédent tout en portant atteinte condamnable à l’ordre public et à la sécurité des civils ici et là dans le monde.

Près de trois cents mille syriens sont morts, neuf millions de citoyens se sont déplacés dans un exode interne et externe. Des milliers de détenus croupissent à nouveau dans différents centres de détention sans parler des milliers des citoyens kidnappés par plusieurs groupes armés . Des quartiers urbains et des localités dans les différentes régions de la Syrie sont détruits dont les conséquences néfastes s’étendent sur les plans humanitaire, économique et moral.
Certes, nous soutenons vos efforts pour mettre fin à cette tragédie. Certes, vos tentatives d’établir un cessez le feu durable et de trouver une solution politique ainsi que votre détermination à sauvegarder l’État et l’intégrité territoriale de la Syrie sont méritoires. Pour autant, nous pensons qu’il est primordial d’attirer votre attention sur la situation alarmante des prisonniers syriens en œuvrant pour :

– la constitution d’un comité de contrôle jouissant de droits de visite à tous les prisonniers

– le rétablissement d’une liste de tous les prisonniers et des disparus en Syrie

– la libération immédiate de tous les prisonniers

– la réparation matérielle des préjudices causés aux détenus durant ces cinq ans.

Notre démarche n’exclut en aucune façon l’insistance sur l’application des accords de Genève. Mais le fait que certains prisonniers sont des leaders politiques tels que le docteur Abd Aziz Alkhaïr, Rajaa Al-Naser, Iass Ayache et maherTahan parmi tant d’autres exigent leur libération afin de participer au processus de solution politique pour la Syrie.

Ceci étant, les autres prisonniers font partie intégrante de vos efforts que nous soutenons. Ils doivent participer aux élections présidentielles et législatives en vue de l’installation de la démocratie et du respect des droits de l’homme en Syrie.

Tout peuple a le droit de se soulever contre la tyrannie. Tout peuple a le droit à la paix et à disposer de lui-même. Si cela est une affaire strictement syrienne, nous pensons qu’il est nécessaire dans les circonstances actuelles de protéger ce peuple et de lui permettre de jouir de son droit à l’autodétermination.

Il va de soi que la libération des détenus fait partie de cette protection et de ce droit.

Considérant votre attachement à la paix, à la démocratie, aux droits de l’homme et aux droits des peuples, nous vous prions d’user de votre haute autorité juridique et morale afin de faire libérer immédiatement tout les prisonniers et de leur rendre justice.

Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de notre haute considération et de nos sentiments respectueux.

Paris, le 19 mars 2016

Dr Mounzer ISBER

التصنيفات : Sujets en français, ملف حقوق الانسان

الكاتب:syr2015

صوت المعارضة السورية الصادق

لا توجد تعليقات حتى الأن.

اترك تعليقا بدون أية روابط

إملأ الحقول أدناه بالمعلومات المناسبة أو إضغط على إحدى الأيقونات لتسجيل الدخول:

WordPress.com Logo

أنت تعلق بإستخدام حساب WordPress.com. تسجيل خروج   /  تغيير )

Google+ photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Google+. تسجيل خروج   /  تغيير )

صورة تويتر

أنت تعلق بإستخدام حساب Twitter. تسجيل خروج   /  تغيير )

Facebook photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Facebook. تسجيل خروج   /  تغيير )

w

Connecting to %s

%d مدونون معجبون بهذه: